Réunion du groupe de travail « typologie textuelle », le 10 novembre 2016 à Paris

Date : 10 novembre 2016 – 14h
Lieu :  ITEM, CNRS, Salle 159, 59/61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17
Inscription obligatoire par mail auprès de Marie-Luce Demonet

Pour les membres des projets CAHIER intéressés par les travaux du groupe « typologie textuelle’, une réunion de travail est organisée le jeudi 10 novembre 2016. La réunion permettra de mettre en commun les réflexions des participants sur la façon de placer les genres des différents corpus dans l’arborescence définie lors des précédentes réunions, pour manipuler Opentheso et apporter des modifications.

En effet, quelques membres de Cahier ont lancé, voici quelques mois, l’idée d’un groupe de travail qui a commencé par analyser les besoins et les solutions (réunion en février 2016). Ses objectifs sont de créer un thésaurus qui permette de déclarer une ontologie de référence, afin :

  • 1) d’aider à remplir les headers et les divisions avec des descripteurs de genres pour filtrer les résultats, faciliter les recherches par facettes ;
  • 2) de déployer une arborescence souple qui permette de sélectionner des genres ou sous-genres.

Une présentation de la question est déjà accessible via le Wiki de Cahier (par Alexei Lavrentiev) : https://groupes.renater.fr/wiki/cahier/typologie_textuelle

Les différentes solutions techniques, les thésaurus existants et les classifications anciennes comme celle de Brunet-Parguez (pour les bibliothèques), de Frantext, ont été évoquées. Un modèle en graphe serait plus pertinent, mais plus complexe à mettre en place.

Pierre-Yves Buard a installé un démonstrateur Opentheso (utilisé par les antiquisants) le 21 avril 2016, et Alexei Lavrentiev y a placé l’arborescence de la base de français médiéval, afin de voir si on pouvait la convertir en SKOS. Les essais d’adjonction de nouveaux genres et sous-type ont été concluants.

Les principaux problèmes à discuter sont, outre ceux mentionnés dans le Wiki, le statut des traductions et adaptations ; les paratextes ; la distinction manuscrit/ imprimé ; le maniement des descripteurs multiples pour un même texte ; une documentation qui définisse les genres ; un consensus sur les hyper-genres (factuel/ non-factuel, fiction/ non-fiction).