« Les dispositifs numériques : des corpus aux usages » – Atelier de formation annuel du consortium CAHIER – Compte-rendu synthétique

Dates : 27 au 30 juin 2017
Lieu : Centre François Mauriac de Malagar et MSHA

Travaillant depuis plusieurs années à la réalisation d’une édition numérique des textes de presse (1905-1970) de François Mauriac, l’équipe Mauriac en ligne, membre du consortium CAHIER depuis 2015, a souhaité cette année accueillir l’atelier annuel de ce consortium. Durant ces 4 jours, les échanges et les discussions avaient pour but, sinon de répondre, au moins d’interroger les concepts qui forgent les activités des différents membres présents autour de la table, c’est-à-dire ceux de corpus numérisés, d’usages et de dispositifs. Nous proposons ici un compte-rendu synthétique des pistes de réflexion qui ont émergé. En introduction de ces journées, Philippe Baudorre, porteur du programme Mauriac en ligne, a ainsi posé quelques constats simples afin de lancer la discussion ; ce texte en reprend quelques-unes, complétées par certaines suggérées par les interventions lors des table-rondes et des ateliers.

Tout outil (et a fortiori tout dispositif plus complexe de médiation) inclut et préfigure, dans sa conception même et son évolution, un ou des « usages ». Ces usages, réguliers ou ponctuels, quelle que soit leur orientation, professionnelle ou ludique, manuelle ou intellectuelle, immédiate ou inscrite dans une activité plus longue, ponctuelle ou récurrente, supposent un objectif visé, une maîtrise de l’outil et une performance plus ou moins évaluable. Ils peuvent s’intégrer dans des « pratiques » plus complexes qui impliquent méthode, apprentissage, normes, partage collectif, reconnaissance sociale, et donc une extension dans le temps (évolution, réajustements, progrès) et l’espace social (succès, engouement, mode).

Les usages, entre dispositifs et espaces

Entre simple « utilisation », « usage » et « pratique », on assiste donc à un « emboîtement » mais aussi à une progression en termes d’autonomie de l’utilisateur qui, progressivement s’approprie le dispositif. Les dispositifs (Foucault) observables au sein du consortium supposent, dès leur état premier, une production textuelle (« corpus d’auteurs ») et, dans la plupart des cas, une communication privée ou publique des textes produits. Numériser consiste dans la plupart des cas à créer des doubles numériques des objets sur lesquels repose le dispositif afin ou avant d’en extraire le texte dont ils étaient les supports. Que deviennent les usages « natifs » au cours de cette mutation ? Il est difficile d’aborder la question des corpus numérisés sans s’interroger sur l’évolution de ces usages au cours des précédentes mutations qu’ont connues nos objets.

On remarque ainsi que nos objets relèvent de deux espaces et donc de deux formes d’usages distincts, entre privés et publics.

USAGES PRIVES USAGES PUBLICS
Usages individuels : carnets (consignant remarques personnelles, pensées), journaux intimes, dossiers de préparation.

Usages pluriels : correspondance, (à deux, ou plus).

Etc.

Le cours (ou la conférence) destiné à être dit (et intégrant un dispositif complexe, de type pédagogique)

Le livret d’opéra (ou le texte de théâtre) fait pour la représentation et intégrant un dispositif complexe, celui de la représentation scénique.

Les textes de presse, destinés à une lecture en principe individuelle, et intégrant le dispositif complexe de la presse (et son évolution, avec la presse moderne et sa « matrice » : écriture collective, rubricité, périodicité).

Le livre et le dispositif de la librairie ou de l’édition moderne (avec de nombreuses formes, dictionnaire, atlas, les collections et les genres).

Etc.

L’évolution des usages, migration des objets et remédiatisation des corpus

Mais la frontière est poreuse entre ces catégories. La lettre peut devenir « publique » ou « ouverte », le texte destiné à la représentation se lire, une série d’articles devenir livre, etc. Ce qui conduit à distinguer « usages natifs », ou primaires, et usages « détournés », ou secondaires (Meyriat). La numérisation (et donc la mise en œuvre d’un nouveau dispositif de transcription, de notation et de transmission) peut intervenir immédiatement après l’usage premier ou, ce qui est le plus fréquent, prendre sa place dans une longue et complexe généalogie d’usages (Jouët), très éloignée dans le temps de la conception originale. Les objets sur lesquels nous travaillons ont tous été détournés de leur usage premier dans la mesure où ils ont été conservés. Le geste d’archivage, qui participe d’une forme de patrimonialisation, est le premier détournement ou la première extension d’usage faisant d’un objet texte, un document (historique, littéraire, archivistique, etc.), une trace, une mémoire, de l’activité pour laquelle il a été conçu. La lettre conservée par son destinataire (ou recopiée par son expéditeur), le brouillon simplement conservé ou classé par l’auteur, l’article de presse découpé et conservé dans un classeur, s’insèrent donc dans un dispositif de conservation qui relève d’un détournement et d’une pratique, individuelle ou publique, spontanée ou réfléchie, qui suppose un décideur, un opérateur, des normes, etc. L’archivage et son pendant, la conservation, constituent donc les processus les plus courants de détournement systématique des usages premiers (Sur ces questions d’archivage, et notamment des données numériques, et de la distinction aujourd’hui avec le geste de conservation, on pourra consulter la présentation de Michel Jacobson faite le jeudi 29 juin à la MSHA.). Soigneusement conservé dans un fonds, l’objet texte est le même mais il est aussi devenu autre car il s’inscrit désormais dans un nouveau dispositif et se prête à de nouveaux usages.

La publication, sous forme de livre, d’une correspondance, de journaux intimes ou de carnets, d’articles de presse, est un autre dispositif qui se complexifie avec l’évolution du processus éditorial et qui s’intègre, pour de nombreux corpus, dans une pratique très codifiée elle aussi, celle de l’édition critique.

La numérisation de « livres », ou plutôt de corpus, se fait donc à partir de dispositifs éditoriaux très élaborés, s’inscrivant, en fonction de leurs époques, dans des protocoles de fabrication, de conservation, de diffusion, de valorisation complexes, au sein desquels l’usage et l’usager constituent des maillons essentiels et sont donc intégrés dans des pratiques sociales très stabilisées.

Bien sûr, le livre peut être une étape importante de « remédiatisation/remédiation » (contes imprimés, éditions de correspondances, etc.), donnant lieu à des objets eux-mêmes en évolution[1]. Re-disposés dans un nouvel espace de lecture, les « textes » soumis à des pratiques spécifiques induites par ce nouvel environnement (constitution d’un corpus, « mise en livre » avec titre, table des matières, index, notes, etc.) se fondent dans une œuvre originale. L’auteur (des énoncés, à l’origine opérateur du dispositif de diffusion, et souvent, mais pas toujours, du dispositif premier de conservation) reste le même mais l’opérateur a changé. Changement d’opérateur, nouveau dispositif de diffusion, nouveaux usages : s’agit-il dès lors du même objet ? Peut-on parler de même texte ? Ou d’objet mutant, à la fois le même et un autre ?

Cette mutation d’une pratique individuelle ou singulière (carnets), privée (correspondance), qui a ses normes, ses règles, ses codes, vers d’autres pratiques (conservation, édition) encore plus encadrées, entraîne une profonde transformation des opérateurs, des usages et des usagers et donc de la totalité du dispositif au sein duquel l’objet prenait son sens. Les usages premiers ont été désactivés, surtout lorsqu’il s’agit de dispositifs de flux et non de stockage (lettre, cours, conférence, article), d’autres ont été activés (notamment par la transformation en livres). Par qui l’ont-ils été, pour qui ? Si tout objet s’inscrit dans un usage ou une pratique et inscrit en lui cette pratique et cet usage, quels nouveaux usages s’inscrivent dans les nouveaux dispositifs mis en œuvre ? Et que deviennent la trace et la présence fantomatique de l’usage premier ? La lettre reste une lettre mais elle ne s’inscrit plus dans une pratique de correspondance. L’article reste un article mais il s’est désancré de la page du journal, il a rejoint d’autres articles, antérieurs ou postérieurs, du même auteur ou d’un autre, il n’est plus en résonnance avec son actualité ou avec la voix collective à laquelle il participait pour créer une ligne éditoriale et fédérer une communauté de lecteurs. C’est vrai de la reprise en livre, mais également (encore plus ?) de la migration vers un corpus numérisé et ses multiples modalités de mise en ligne.

Si l’on peut parler de « remédiation » au sens classique de Mac Luhan, dans la mesure où les nouveaux medias (dispositifs) conservent la mémoire de ceux auxquels ils succèdent, on préfèrera le terme de « remédiatisation », au sens où le texte – c’est à dire les énoncés et éventuellement leur disposition, au sens d’Ugo Dionne, rarement leur inscription typographique – migre d’un dispositif vers un autre ; il se métamorphose en se « remédiatisant »[2].

On peut donc se demander quelle place accorder à cette mémoire des usages et des différentes strates de médiatisation qui leur sont associées dans le processus de numérisation. Dans quelle mesure l’usage premier continue-t-il à hanter les nouveaux usages ?

Usages et usagers des corpus numérisés

La responsabilité de l’opérateur dans la mise en œuvre du dispositif de médiation est essentielle. Au lien auteur/lecteur se superpose en effet un lien opérateur/usager. Relèvent du premier niveau les réflexions sur la lecture et la maîtrise du sens du texte (études de réception et travaux de Barthes, Eco, Genette, etc.). Du second niveau, la maîtrise du fonctionnement du dispositif. Comme pour le premier on peut distinguer deux pôles ou deux tendances. Le dispositif maîtrise l’usage, il le prévoit, il l’encadre voire le verrouille. Ou au contraire l’usager s’émancipe du projet porté par l’opérateur ; il se l’approprie voire le détourne ; ainsi Jean-Sébastien Macke, participant au projet ArchiZ rappelle que l’intégration d’enseignants, via le rectorat d’Ile de France, afin de définir des usages pédagogiques a fait évoluer le corpus numérique mis en ligne. A la fois acte de résistance voire d’émancipation et activité créatrice, l’usage se définit en termes de bricolage, de braconnage (de Certeau) voire de piratage ; Anne Lehamns, qui a pour sa part suivi une classe de 1ere L exploitant le site Mauriac en ligne dans le cadre du programme P@trinum, insiste sur ces détournements de lecture et d’appropriation observés in situ ; éléments qui font émerger de nouvelles réflexions au sein du projet Mauriac en ligne, comme l’a présenté Jessica de Bideran.

Dans le premier cas l’usage et l’usager sont inscrits dans le dispositif, sous forme de « scripts » – selon Madeleine Akrich, toute opération est envisagée en fonction d’un usage virtuel, plus ou moins explicitement défini et qui s’actualise à l’usage – qui se déclinent en attentes, compétences, comportements, performances. Dans le second cas, ils s’inscrivent eux-mêmes dans la chaîne de fonctionnement, en inversent le cours et la hiérarchie[3]. Une approche qui vise la mise à disposition des données, exigence minimale mais fondamentale pour les projets associés au sein de CAHIER, est davantage du côté du second pôle que du premier.

La diversité des usages des dispositifs numériques n’est-elle pas profondément liée à la nature des corpus numérisés ou dépend-t-elle uniquement du des modalités de remédiation choisies ? La présentation par Richard Walter de la plateforme E-Man, réalisée à partir du CMS Omeka et réunissant, à partir d’une même architecture de nombreux et complexes corpus permet de souligner l’importance de la typologie du corpus dans l’appropriation par les usagers – ici scientifiques – du dispositif d’édition.

Les échanges ont également souligné que la stratification des usages, des modalités de médiatisation et de remédiation, peut être source de conflits car toute médiatisation/médiation suppose un choix orienté et donc contestable. Conflit entre conservation et diffusion, entre différents supports de médiatisation, entre exigence scientifique (qui « tire vers le haut ») et vulgarisation (qui « tirerait vers le bas »).

La recherche d’une voie médiane est-elle la solution ; est-elle une utopie ? Celle de la multiplicité des usages demande en tout cas à être inscrite au sein du dispositif. Les activités d’indexation et de transcription collaboratives (crowdsourcing) présentées par Catherine Carponsin-Martin sur des stéréoscopies anciennes et par Fabrice Melka sur des carnets d’ethnologues montrent en tout cas que le dispositif élaboré façonne dans ces cas-là des communautés d’usagers-amateurs dont les actions sont riches de sens pour le scientifique mais aussi largement encadrées par le corpus et par le système de médiation. L’identification de ces usages semble donc un pré-requis essentiel lors de l’élaboration d’un dispositif : scientifique, pédagogique (envisagé souvent au niveau du second degré, le supérieur apparaissant peu dans les échanges), culturel… et d’autres sans doute qui restent à explorer, définir…

Les présentations de My Web Intelligence, par Amar Laquel qui amène à réfléchir sur l’extension des régimes d’éditorialisation (Bachimont), et celle des plateformes du consortium ImaGEO par Caroline Abela, montrent là aussi que la mise en œuvre de corpus numériques, qu’ils soient textuels, cartographiques ou iconographiques, façonnent de nouveaux objets de recherche mais aussi des méthodologies toujours en cours de questionnement.

Cette question des usages et des méthodologies croisant celle de l’interaction entre les différents métiers gravitant autour des Humanités numériques, Thomas Lebarbé a souhaité pour sa part interroger les métiers intervenant dans la chaîne de production. L’apport de la thèse de Pierre-Yves Buard portant sur la Modélisation des sources anciennes et l’édition numérique https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01279385 a ici été rappelé. Certes, comme dans l’édition papier, l’édition numérique s’appuie idéalement sur de nombreux métiers, mais la réalité du terrain des programmes de recherche amène également le plus souvent, et là encore, à des bricolages lors de la fabrication des dispositifs de médiation… A n’en pas douter, ne nouvelles façon de travailler apparaissent, de moins en moins cloisonnées !

Pour achever ce rapide compte-rendu, rappelons donc que tout dispositif éditorial, le numérique ou ceux dont il conserve la trace, intègre un ou des usages. Pas de dispositif sans anticipation des usages. L’utilisateur est inscrit dans le dispositif. A minima, et de façon implicite, l’usager est « par défaut » la projection de l’opérateur lui-même, ciblant l’usage qui serait idéalement le sien. Mais quand cette question est-elle intégrée dans le processus de production de nos corpus numérisés ? Comment a-t-elle été pensée ? En quoi a-t-elle pesé sur les choix techniques ? Comment ceux-ci y ont-ils répondu ? Voici quelques questions qui ont accompagnés nos échanges…

Philippe Baudorre, Jessica De Bideran
Mauriac en ligne

Références :

Akrich Madeleine,1993 : Technique et médiation, Réseaux, volume 11, n°60, p. 87-98. www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1993_num_11_60_2368

Bachimont Bruno, 2007 : Nouvelles tendances applicatives. De l’indexation à l’éditorialisation, In Patrick Gros, L’indexation multimédia : description et recherche automatiques, Paris, Hermès sciences. http://cours.ebsi.umontreal.ca/sci6116/Ressources_files/BachimontFormatHerme%CC%80s.pdf

Bolter Jay David et Richard Grusin, 1998 : Remediation. Understanding New Media, MIT Press.

Buard Pierre-Yves, 2015 : Modélisation des sources anciennes et édition numérique, Thèse de doctorat en Informatique, Université de Caen, <tel-01279385>

Jauréguiberry Francis et Proulx Serge, 2011 : Usage et enjeux des technologies de communication, Paris : Editions érès.

Jouët Josiane, 2011 : Des usages de la télématique aux Internet Studies, in Julie Denouël et Fabien Granjon (dir.), Communiquer à l’ère numérique – Regards croisés sur la sociologie des usages, Presses des Mines / ParisTech, p.45-90. http://ecole-ident-num.sciencesconf.org/conference/ecole-ident-num/pages/Jouet_2011.pdf

Meyriat Jean, 1982 : Document, documentation, documentologie, Schéma et schématisation, n°14-2, p. 51-63.

Proux Serge et Annabelle Klein, 2012 : Communication numérique et lien social, Namur : PU NAMUR.

Notes :

[1] On pourra par exemple se reporter à l’histoire de l’édition savante ou critique, de ses objectifs, de ses pratiques.

[2] Pour Jay-David Bolter et Richard Grusin, la « remediation » désigne la représentation d’un media dans un autre media. Ce terme, soulignant plutôt la présence visuelle d’un média dans l’autre, peut être distingué de « remediatisation » lequel ne concerne pas la simple visualisation des formes qui font évoquer un autre média, mais plutôt le transfert des données génératrices de l’autre média (ou « générées par l’autre media ») induisant de nouvelles pratiques et cadres de perception et d’action », cf. Pergia Gkouskou-Giannakou, in Proux Serge et Annabelle Klein, 2012 : Communication numérique et lien social, Namur : PU NAMUR, p. 324.)

[3] Sur ces questions, voir notamment Jauréguiberry Francis et Proulx Serge, 2011 : Usage et enjeux des technologies de communication, Paris : Editions érès.