Groupe « R2CAHIER »

Groupe « R2CAHIER »

Coordonnatrices : Ioana Galleron (Univ. Paris 3), Fatiha Idmhand (Univ. Poitiers) et Cécile Meynard (Univ. Angers)

 

Membres du groupe de travail : Pierre-Yves Buard (MSH Caen), Marc Douguet (Univ. Grenoble), Anne Goloubkoff (MSH Caen), Fatiha Idmhand (Univ. Poitiers), Ioana Galleron (Univ. Paris 3), Cécile Meynard (Univ. Angers), Julia Roger (MSH Caen), Antoine Widlocher (Univ. Caen)

La création du groupe « R2Cahier. Recherche, théories et méthodes des études littéraires assistées par ordinateur » repose sur le constat suivant: si l’édition numérique apporte des résultats (éditions de textes et de données inédites), des outils (innovations) et de nouvelles méthodes scientifiques, elle ne génère toutefois pas encore de nouvelles recherches scientifiques basées sur les données. Comment comprendre cet écueil? Si l’on considère l’édition numérique comme l’une des premières voie de la recherche dans le domaine naissant des « Lettres-Informatiques » (ou « études littéraires assistées par ordinateur »), le problème concerne-t-il l’édition numérique, dans ce cas, il convient de s’interroger sur la façon de mieux la préparer (mieux préparer l’encodage des textes?) de façon à ce qu’elle puisse soutenir les questions de recherches du domaine et accompagner de nouveaux programmes scientifiques; ou concerne-t-il les outils nécessaires à l’exploitation de ces données, et dans ce second cas, il convient de définir ce/ceux qu’il faudrait développer de façon à accompagner les chercheurs dans leurs analyses ? Pour tenter de répondre à ces questions, le groupe de travail « R2CAHIER » propose de conjuguer recherche fondamentale et appliquée et de mener une série d’expérimentations en prenant appui sur les connaissances et les ressources humaines et techniques du consortium.

  • Année 1 – Bilan 2016 : État de l’art théorique et technique, mise en place des premières expériences.

Formé en 2016, le groupe de travail a consacré une parte de sa première année à poser le cadre théorique et méthodologique des expériences et analyses qu’il se propose de réaliser.

Dans un premier temps, l’état de l’art critique a concerné les outils techniques, informatiques, qui ont accompagné les éditions numériques et qui sont actuellement utilisés par les sciences du texte pour réaliser leurs analyses. Le résultat de cette recherche a souligné l’absence de moyens techniques permettant, aisément, d’encoder et d’exploiter les textes dans une approche « sémasiologique ». Les études littéraires – qui se caractérisent par une méthodologie basée sur l’explication de textes (ou « close reading ») soit, sur le relevé d’indices lexicographiques, grammaticaux et sémantiques permettant d’expliquer le(s) phénomène(s) littéraire – se prêtent encore difficilement aux approches automatisées. Mais le problème est-il vraiment celui du codage du texte? Le résultat de cette première étude a été présenté lors de l’Atelier annuel de CAHIER en 2016 à Caen ( Diaporama accessible en ligne sur Academia et sur HAL). A cette occasion, l’accent a été mis sur la nécessaire complémentarité entre les relevés d’analyses et l’herméneutique propre au domaine.

Pour organiser les expérimentations, la notion de « personnage » a été proposée pour la réalisation d’une série d’études pilotes. Dans le même temps, le groupe a posé les bases théoriques d’une approche « informatisée » des textes basée, non pas sur la lecture distante d’une pluralité de textes par un ordinateur (« distant reading ») mais sur la pluralité de lectures individuelles, distantes : le « crowdreading » (Article à paraître de Galleron, Idmhand, Meynard, 2017).

  • Année 2 – Bilan 2017 : Résultats des premières expériences, premiers outils théoriques et techniques développés, nouvelles études de cas

En 2017, R2CAHIER a continué ses activités et réflexions sur l’étude du personnage à partir de corpus numérisés et avec des moyens informatiques. Ce groupe de travail tente de lever les verrous théoriques et techniques pour la réalisation d’études et d’analyses littéraires à l’aide d’outils informatisés. Le groupe s’est réuni à peu près tous les deux mois depuis son existence. Ces rencontres ont d’abord été l’occasion de réviser les théories du domaine (analyse du personnage), de réviser les moyens actuels d’encodage du « personnage », notamment en TEI, et de réaliser une première enquête de « lecture et identification de quelques traits caractéristiques du personnage » auprès d’une grande population de lecteurs étudiants de différentes disciplines des études littéraires.

Cette enquête a été menée au moyen d’un Google Form, sur la base d’une nouvelle brève de Julio Cortázar et auprès d’une grande population de lecteurs. Les conclusions scientifiques tirées de cette expérience ont été publiées dans un article (à paraître) pour la revue « Digital Humanities Quarterly ». Cet article a permis de poser les fondements d’un nouveau concept pour les études littéraires lié aux enjeux de l’informatisation du domaine : celui de « crowdreading » (Galleron, Idmhand, Meynard, 2017). Ce concept veut enrichir les débats suscités par la proposition théorique de Franco Moretti (2013) d’une autre approche, celle des « lectures partagées », le « crowdreading ». A l’occasion de la publication de cet article, les chercheurs du groupe ont également réfléchi à de nouvelles possibilités technologiques pour la recherche en littérature.

Une réunion à Caen a permis de lancer une nouvelle étude pilote accompagnée du développement d’une interface. Pour cette seconde phase des travaux du groupe, le groupe de travail a donc été ouvert à de nouveaux membres. Une seconde nouvelle, de Jorge Luis Borges cette fois, a été lue et travaillée dans une démarche de « crowdreading ». L’encodage a été réalisé à l’aide d’une feuille de style incluse dans le traitement de texte (Word) et associée à un export XSL vers XML. Cette expérience a permis d’enrichir l’apparat théorique (et technique) du concept de « crowdreading » et d’ébaucher le « cahier des charges » d’un environnement ad hoc.

A ce stade des travaux du groupe, l’environnement cité a été développé à l’aide d’outils comme XML Mind. Le prototype a été présenté aux membres de CAHIER en juin 2017 à l’occasion de l’atelier annuel de Bordeaux. Il est actuellement en cours de test parmi les membres du groupe.

Pour 2018, le groupe poursuivra les réflexions théoriques (théories des sciences du texte et des sciences de l’informatique) et les expérimentations et tests techniques. Il tentera de proposer le cahier des charges d’une interface et visera l’affinement de la définition du personnage pour proposer un « typage » des personnages dans les textes. Pour mener à bien ces deux dernières actions, une journée d’étude sera organisée.