Bilan de l’atelier “Sources éditées : du texte à la structure, de la structure aux formes”

MRSH CAEN, 9-13 juillet 2012

L’atelier « Sources éditées : du texte à la structure, de la structure aux formes » s’est tenu à Caen du 9 au 13 juillet 2012, et avait pour objectifs, à partir de l’étude des cas concrets présentés par les participants, de présenter un ensemble de méthodes permettant d’une part la production de balisages TEI à partir de fichiers (Word, OpenOffice, InDesign…) destinés à la production d’une édition traditionnelle et, d’autre part, la production de formes éditées à partir de flux XML-TEI (PAO, web, ePub…).

Tout d’abord un grand bravo à Pierre-Yves et Dominique qui ont mis énormément d’énergie à organiser puis animer cette semaine qui, de l’avis de tous les participants, a été très constructive et très positive.

Parmi les points très positifs à mettre en avant

  • tous les chaînons du processus d’édition scientifique rassemblés pendant une semaine
  • une clarification des métiers et compétences
  • l’absence voulue de délimitation entre intervenants et apprenants, ce qui a pu en dérouter quelques-uns au début, mais a permis à chacun de se former ou au moins de se rafraîchir les idées
  • du temps très bien réparti entre théorie, pratique, cas d’étude et discussion
  • une convivialité sans frontière de disciplines ou de grade, instaurée par les deux organisateurs
  • des liens forts qui se sont créés entre différentes équipes (voir commentaire ci-après)
  • l’émergence de points de convergence et de besoins de mutualisation des efforts et outils entre les différents acteurs de la chaîne éditoriale
Pour revenir aux “liens forts” et à “l’émergence de points de convergence”

Nous avons eu de nombreuses discussions, y compris en “off” après les séances d’atelier parmi lesquelles un grand nombre de problématiques partagées entre Caen, Paris, Lyon et Grenoble (Pierre-Yves Buard et Dominique Roux – MRSH Caen ; Maud Ingarao – IHPC Lyon ; Thomas Lebarbé – LIDILEM Grenoble ; Frédéric Glorieux et Vincent Jolivet – ENC Paris). Ces deux derniers ne constituent certes pas de corpus d’auteurs, mais ont cependant mis en place un ensemble d’outils pertinents et particulièrement utiles aux démarches à tous. Nous envisageons de les faire bénéficier du statut de “membre associé” du consortium.
Nous nous retrouvons à différents stades de la chaîne éditoriale, avec différents types d’utilisateurs. Le besoin s’est fait sentir de centraliser et surtout de définir clairement des modèles d’encodage TEI afin d’uniformiser nos démarches.
Il s’agit là d’objectifs à réaliser par le consortium CAHIER. Il est donc projeté :
  • d’organiser une ou deux réunions de travail
  • de trouver un dépôt où centraliser nos outils

 

Thomas Lebarbé, Université Stendhal – LIDILEM, 19 juillet 2012


Auteur/autrice : Sandrine Breuil

Programme de recherche "Bibliothèques Virtuelles Humanistes" | Centre d'études supérieures de la Renaissance Université de Tours | UMR 7323, CNRS