Groupe « Correspondance »

Le groupe de travail sur la correspondance travaille à une mise en commun des expériences pour construire une méthodologie et une liste argumentée des descripteurs nécessaires à une édition numérique de la correspondance. En effet, le corpus numérique de correspondances est un objet très particulier, la correspondance comportant des spécificités nombreuses pour un éditeur de corpus.
Se donner une définition de la correspondance est une question préalable à tout projet numérique sur cet objet. Qui plus est, ce type de corpus évolue au fil du temps, phénomène courant avec les lettres retrouvées. Des problématiques importantes autour de la datation ou de la transcription des lettres demandent des réponses adaptées à chaque projet. De plus, une lettre n’est quasiment jamais seule, elle se situe dans un réseau de correspondances qui doit être pris en compte pour l’édition de cette lettre. Comment prendre en compte les correspondances passives & actives? Les lettres « fantômes »? Quelles relations avec l’œuvre de l’auteur ? Ces questions se posent pour une édition critique traditionnelle mais il importe de voir quelles sont les réponses apportées ou non par le contexte numérique.
Le groupe de travail sur la correspondance proposera un guide méthodologique rassemblant des recommandations pour l’édition numérique de correspondances. Pour cela, il organise des réunions où, à partir d’exposés et de retours d’expériences, sont discutés la constitution d’un glossaire et des cas pratiques. Le groupe s’est doté d’outils collaboratifs (espace d’échanges et de forums, documents collaboratifs). Une première journée d’études a été organisée le 1er avril 2016 et le guide sera proposé fin 2016.

Participants du groupe, 2016 :

Richard Walter (Manuscrits francophones du sud), Alexandre Guilbaud (Projets numériques du Groupe D’Alembert ), Yvan Leclerc (Édition électronique de la correspondance de Flaubert), Giancarlo Luxardo (Corpus 14), Jean-Sébastien Macke (Correspondance électronique d’Émile Zola), Irène Passeron (Projets numériques du Groupe D’Alembert) ; avec la participation de Marie Dupond (UPDN) et de Samantha Saïdi (Triangle)