Groupe « Crowdsourcing »

Coordinateurs : Emmanuelle de Champs, Thomas Lebarbé, Richard Walter

Le crowdsourcing désigne « l’externalisation par une organisation, via un site web, d’une activité auprès d’un grand nombre d’individus dont l’identité est le plus souvent anonyme » (Lebraty, J. (2009). Externalisation ouverte et pérennité : Une nouvelle étape de la vie des organisations. Revue française de gestion, 192, (2), 151-165. doi:10.3917/rfg.192.0151).

De nombreux projets rattachés à CAHIER ont une dimension collaborative ou bien souhaitent en avoir une, qu’il s’agisse de faire appel aussi largement que possible à des bénévoles non-spécialistes issus grand public pour réaliser des tâches spécifiques ou bien de constituer une communauté étendue de contributeurs autour d’un sujet donné.

Pour des projets en humanités numériques, le recours au crowdsourcing est souvent l’occasion de confier des tâches liées à l’établissement ou à l’enrichissement de données textuelles : transcription, annotation, indexation, balisage, correction d’OCR, … . En outre, sur le modèle de wikipedia, l’appel à des contributeurs extérieurs peut également enrichir le contenu d’un projet de recherche.

Le groupe Crowdsourcing, fondé en 2017, réfléchit à l’apport du collaboratif pour les projets en humanités numériques portant sur des corpus d’auteurs. Il établit une méthodologie afin d’analyser les dispositifs existants et élabore une série de questions-réponses afin de permettre aux porteurs de projets de mieux appréhender les enjeux du recours au collaboratif et d’examiner la pertinence d’une telle démarche. Les résultats seront publiés sur le site du consortium courant 2018.