CORR-Proust

Litt&Arts – Arts et pratiques du texte, de l’image, de l’écran et de la scène
(UMR 5316), Université Grenoble Alpes/CNRS
Responsable : Françoise Leriche

Présentation du projet

Un corpus épistolaire étant en constante évolution (au fur et à mesure des lettres retrouvées lors des ventes ou legs), le format imprimé est mal adapté à sa publication. De plus, dans le cas de Proust, il convient de remarquer son extrême hétérogénéité. Une partie des lettres sont des billets relativement brefs et utilitaires, d’autres discutent de questions pratiques (finances, santé, etc.), substituts de conversations téléphoniques, tant que celles qu’on a tendance à priser le plus rendent compte de la genèse de l’œuvre, du processus éditorial, ou fournissent des considérations esthétiques ou philosophiques sur les œuvres littéraires ou artistiques de l’époque, sur la politique, tous éléments qui constituent le contexte où s’alimente l’œuvre littéraire. Toutefois, cette masse hétérogène forme un tout, l’écrivain se manifestant autant dans des lettres amicales ou pratiques que par ses considérations sur son œuvre. Dans le cas de Proust qui n’a jamais tenu de journal, le corpus épistolaire qu’on peut assembler fournit la trame biographique et intellectuelle de sa carrière d’écrivain. Et comme il ne datait pas ses lettres, c’est par recoupement des indices internes (références à l’actualité) et externes (timbres, cachets postaux  etc.) et recoupements entre diverses lettres que l’on peut dater chacune : une édition anthologique qui ne sélectionnerait que les lettres jugées « littéraires » n’aurait aucune pertinence scientifique, tandis que l’édition exhaustive des lettres retrouvées, avec des métadonnées adaptées et un balisage pertinent, permettra en outre d’étudier la volumétrie des échanges avec tel ou tel de ses correspondants, et sur tel ou tel thème, requêtes spécifiques aux corpus épistolaires.
La correspondance de Proust (5900 lettres actuellement connues) a fait l’objet d’une première édition imprimée (Plon, 1930-1936 : 1800 lettres) puis de la grande édition chronologique par Philip Kolb (Plon, 1971-1993 : 5300 lettres), extrêmement érudite et précise, mais déjà obsolète vingt ans après (lettres à redater, annotation à revoir, du fait de l’évolution du corpus qui amène à reconsidérer les datations antérieures). Avec l’accord de l’éditeur Plon (décembre 2013), le projet CORR-Proust fournira un corpus revu sur les originaux, évolutif (insertion des nouvelles lettres pour lesquelles nous obtiendrons les droits), avec actualisation des datations de Kolb. L’annotation critique et génétique se fera sous forme de notes avec des liens hypertextuels vers les ressources documentaires numérisées lorsqu’elles existent (brouillons de l’œuvre publiés désormais sur Gallica, journaux, ouvrages d’époques, etc.) pour fournir au lecteur les éléments contextuels de référence. L’outil d’édition XML/TEI adapté à ce corpus pourra aussi servir pour l’édition d’autres corpus épistolaires.
Avec la base de l’édition Kolb, une équipe compétente, des vacataires, et la possibilité d’ouverture au crowdsourcing permise par la plateforme PhUN développée à l’Université Grenoble Alpes, il paraît possible de parvenir, dans un délai de 4 ans, à la mise en ligne de la moitié du corpus détenue actuellement par des institutions patrimoniales, afin de procurer facsimilés, métadonnées et transcriptions. L’annotation critique se fera de manière progressive. Les autres lettres seront ajoutées au fur et à mesure, dans les années suivantes.

Fonds concernés : Correspondance de Proust :

  • environ 1200 lettres à la RBML de UIUC
  • environ 800 lettres à la BnF
  • environ 500 lettres dispersées dans diverses bibliothèques et fonds d’archive en France et aux Etats-Unis. (par ex, UT- Austin a donné un accord de principe)

Ces originaux seront numérisés par les institutions qui les possèdent (UIUC, BnF sur Gallica, etc), et documentés dans les métadonnées de l’édition numérique que l’équipe produit.

Contexte scientifique et institutionnel : Une convention (MoU) est en cours de signature entre les 3 établissements indiqués ci-dessus (UGA / UIUC / ITEM- CNRS).

Formats et standards utilisés : Source transcrite mise à disposition en XML-TEI (convertie depuis un modèle XML ad-hoc)

Accessibilité : Données primaires publiques pour les transcriptions des lettres et métadonnées associées. Pour les facsimilés des lettres, ils seront également accessibles, que ce soit celles d’UIUC, celles de la BnF sur Gallica, ou celles des autres institutions, dans le respect des droits patrimoniaux (éventuellement, par un système de liens renvoyant aux sites détenteurs des droits).

Volumétrie des ressources qui seront disponibles en ligne (estimation au 30 mai 2016) :
Toutes les lettres appartenant à des institutions patrimoniales seront disponibles en mode image (environ 2500 lettres, soit près de la moitié du corpus total actuellement connu). Ce corpus est amené à évoluer, au fur et à mesure des acquisitions.
La totalité de la correspondance sera accessible en mode texte : 5900 lettres actuellement connues. Volumétrie susceptible d’évoluer en fonction des lettres inédites qui apparaîtront dans les années à venir.
La traduction de ces lettres (en anglais, pour commencer, puis en d’autres langues : japonais, portugais, etc.) est prévue également, ce qui double ou triple le volume de textes.

Fonds disponibles en ligne (au 30 mai 2016) :

Retour à la liste