Édition de la correspondance du géomètre Gaspard Monge 1795-1799

Réseau Usages Des Patrimoines Numérisés (UDPN)
Université Sorbonne Paris Cité
Site : https://eman.hypotheses.org/187
Responsable : Marie Dupond

Présentation du projet

Le projet consiste en la conversion numérique de l’édition de la correspondance du géomètre Gaspard Monge (1746-­1818), élaborée au cours d’une recherche doctorale. Elle a consisté en l’étude et l’édition de la correspondance essentiellement familiale mais aussi institutionnelle et scientifique du géomètre au cours de la deuxième partie de la Révolution française de 1795 à 1799 lorsqu’il est professeur et fondateur de domaines et d’institutions scientifiques mais aussi lorsqu’il est au service de la République française en tant que commissaire des sciences et des arts en Italie et Égypte.
Ainsi, il s’agit de mettre en correspondance les modalités éditoriales distinctement définies pour la réalisation de l’édition papier avec les ressources et contraintes techniques d’un projet numérique. D’un point de vue méthodologique, il s’agit d’étudier l’exploitation des questionnements et du savoir-­faire déjà acquis en matière d’édition critique de sources historiques en interrogeant les modifications des pratiques éditoriales et en considérant comment la problématique éditoriale se complexifie en revêtant une perspective technique, collaborative et dynamique. La perspective méthodologique se développe dans le cadre d’une recherche post‐doctorale au sein du réseau Usages Des Patrimoines Numérisés (UDPN/USPC), coordonné par Michel Bernard (Paris 3).
En cherchant à convertir cette édition du corpus 1795-­1799, il s’agit également de préparer l’édition de la correspondance générale de Gaspard Monge et de développer les axes de son exploitation scientifique en histoire des sciences tout en manifestant sa fécondité dans le champ plus large des études historiques.
Résultats phase 1 2016-2017 : Le projet est conçu comme un matériau d’analyse théorique et méthodologique sur l’éditorialisation de corpus de correspondance. La première phase du projet a permis non seulement l’appropriation de l’environnement technique et des objectifs éditoriaux de la plateforme eMan pour l’adaptation d’éditions déjà réalisées mais aussi la détermination d’un protocole méthodologique pour préparer l’enrichissement du corpus. La perspective méthodologique a permis d’établir les principes d’édition de correspondance en environnement numérique en étant attentive aux modifications des pratiques éditoriales et scientifiques et à l’émergence de nouveaux principes éditoriaux. L’environnement numérique détermine des objectifs tant de mise à disposition que de préparation d’un matériau pour l’investigation scientifique dans une perspective pluridisciplinaire et pour des usages pédagogiques et culturels.  Il faut alors envisager la redistribution et restructuration de l’apparat critique selon ces deux objectifs.
Objectifs 2018 : ouverture du site et enrichissement des collections

  • Investir la pratique d’encodage en utilisant les fonctionnalités de l’outil de transcription élaborée au sein de la plateforme eMan
  • Développer des rapports et des connexions entre corpus en établissant des réseaux de relations entre item, collection, corpus à partir des données d’identification, de description, d’indexation.
  • Interroger la valeur euristique des outils de visualisation et les modalités de visualisation selon les usages
  • Enrichir le corpus par sous-corpus problématisés en appliquant le protocole méthodologique à d’autres corpus, et en les inscrivant dans le réseau de préoccupations scientifiques et des enjeux éditoriaux du corpus initial pour manifester des accès thématiques aux corpus.
    Il faut désormais tester le protocole en systématisant la production de notices et l’introduction des contenus pour exploiter les nouvelles fonctionnalités offertes par la plate-forme.

De la Correspondance générale aux Œuvres complètes. Étendre le protocole d’éditorialisation de sources à d’autres types d’archives :
Maintenir la dynamique entre entreprise éditoriale et recherche historique pour viser l’édition de la correspondance générale par sous-corpus problématisés et la mise en lien avec l’œuvre scientifique et publique de Monge. La problématisation des corpus de correspondance permettrait une mise en problème du  discours autobiographique utile à une entreprise biographique.
Étendre la perspective méthodologique à l’exploitation des correspondances pour l’élaboration d’un récit biographique (rapports entre mise à disposition et mise en récit, entre méthodes littéraires et historiques, entre édition papier et numérique)
Connexion à prévoir avec les pièces du fonds René Taton relatives à la correspondance Monge (Caphes) et d’autres liens avec le réseau HiPhiSciTech (réseau histoire des sciences : documentalistes) autour de la cartographie des fonds d’archives scientifiques (cf. Cartomac). Renforcer les collaborations au sein de Cahier.
Modéliser une méthodologie éditoriale EMAN à d’autres corpus : en insistant sur les rapports entre éditorialisation et recherche, entre méthode de mise à disposition et de mise en problèmes et en réseau.

Fonds concernés : Les bornes chronologiques du corpus ont été déterminées par l’historien des mathématiques René Taton. Ces lettres sont écrites non seulement au cours de l’action de Monge au service de la République sous les ordres du Directoire et du ministre des relations extérieures, mais aussi dans le cadre de son appartenance à deux institutions scientifiques : l’École polytechnique et l’Institut national. Deux cent quatre documents rédigés de juillet 1795 à décembre 1799 sont réunis. Plus de la moitié des deux cent deux lettres sont adressées à des membres de la famille et essentiellement à sa femme (80%). La majeure partie de la correspondance est constituée des lettres écrites lors de ses missions hors de France en tant que commissaire de la République en Italie et en tant que savant attaché à la campagne d’Égypte. Le corpus est ainsi constitué à la fois d’une correspondance de voyage adressée à sa famille, à Paris et en province et d’une correspondance institutionnelle. La nature familiale et institutionnelle du corpus est en partie liée à l’histoire des archives Monge. Elles sont composées de la volumineuse correspondance active et passive de Monge et de celle échangée entre les membres de la famille.
Les lettres issues essentiellement du fonds Monge de l’École polytechnique, mais aussi des autres fonds mentionnés supra ne sont pas numérisées. D’autre part, on ne dispose pas pour chaque lettre d’un manuscrit autographe. Pour celles dont on en dispose, aucun n’a été numérisé. Certains manuscrits ont été photographiés.
Pour les pièces issues du fonds Monge, elles ont toutes une notice électronique dans le catalogue des archives, mais plus encore chaque pièce du corpus a été transcrite et annotée au cours d’une recherche doctorale. L’annotation est effectuée selon des types de notes distinctement définis dans les principes d’édition : identification des personnes et évènements, relations entre les lettres établies par l’étude de thématiques transversales etc

Contexte scientifique et institutionnel : Projet inscrit dans le cadre d’une recherche post-doctorale (Usages Des Patrimoines Numérisés-Univ.  Sorbonne Paris Cité (UDPN/USPC)). Projet de partenariat avec le LinX, laboratoire interdisciplinaire  de l’École polytechnique et avec le Service patrimoine de l’École.

Formats et standards utilisés : Formats et standards déterminés par l’usage du CMS Omeka : Format image standard avec métadonnées IPTC Transcription en XML/TEI
Indexation avec Dublin Core
Inter-opérabilité  OAI-PMH

Accessibilité : Les données primaires sont hors droit. Les métadonnées aussi. La correspondance n’a jamais été publiée. Seulement huit documents ont été publiés par René Taton de 1947 à 1966 dans 4 articles.

Volumétrie des ressources qui seront disponibles en ligne (estimation au 15 février 2018)  : 500 fichiers images avec pour chaque fichier une transcription diplomatique et une éditoriale.

Retour à la liste