SATELLITES – Les intellectuels « satellites ». Un autre regard sur la circulation des idées

Institut des Textes et Manuscrits Modernes (Equipe Archivos)
(UMR8132), CNRS
Contact : Fatiha Idmhand

Présentation du projet

Forgée par Michel Espagne dans les années 19801 , la notion de « transferts culturels » a posé le cadre méthodologique de projets de recherche « trans-nationaux » dans le champ des sciences humaines et sociales2 2 : elle vise à étudier les dynamiques et processus de sélection et de « resémantisation » qui accompagnent la transmission des objets culturels et des idées d’une aire culturelle à l’autre. Comme approche scientifique, la notion de « transfert culturel » permet de décloisonner les méthodologies et de dynamiser les analyses : elle facilite la mise en perspective des objets étudiés et les modalités de leurs importations dans les nouveaux champs culturels tout comme leurs réinterprétations dans le nouveau contexte, leur redéfinition et les processus qui accompagnent leur re- signification.
Le projet Satellites s’inscrit dans cette perspective théorique et propose d’étudier les échanges culturels et la circulation des objets dans le monde hispanique, entre l’Europe et les Amériques, en examinant tout particulièrement le rôle des agents de ces transferts. Il s’agit de découvrir – ou de redécouvrir –, à travers l’exploitation de leurs archives, qui sont les intellectuels qui ont contribué à la diffusion des connaissances d’une zone culturelle à l’autre. Michel Espagne les appelle des « médiateurs des transferts culturels », pour lui, ce sont les traducteurs, les exilés, les expatriés ou les universitaires qui ont agi comme des « vecteurs des transferts » ; ce sont ceux qui ont facilité la circulation3 des idées par des actions très concrètes qu’il conviendrait, selon nous, de repérer. Parmi ces agents des transferts, nous souhaitons porter notre attention sur un cas particulier de « médiateurs » : ceux qui ont agi à l’ombre de certaines « stars » et que nous avons appelé des « satellites ». 4 Par ailleurs, nous voulons souhaitons travailler sur un contexte précis, les conflits du monde hispanique au XXème siècle : la guerre d’Espagne et ses deux dictatures d’une part, les guerres « sales » du Cône Sud et les dictatures du Plan Condor de l’autre.
En étudiant les « satellites », ceux qui ont gravité autour des étoiles et favorisé, depuis l’ombre, la construction de leur renommée, nous souhaitons contribuer à l’édification d’une nouvelle « bibliothèque » en apportant un nouveau « corpus » : les archives et manuscrits de celles et ceux qui étaient autour de Federico García Lorca, de Pablo Picasso, Pablo Neruda, Julio Cortázar, etc. et qui ont été des témoins de premier rang et dont les archives apportent des textes et des points de vue inédits sur ces périodes. Si nous avons choisi de les nommer « intellectuels satellites » (Idmhand, 2015), ce n’est pas parce qu’ils avaient moins de prestige ou de valeur que les « stars » autour desquelles ils gravitaient mais parce qu’à l’inverse, c’est eux qui ont permis à ces étoiles d’émerger, qui ont préparé le terrain pour que leurs idées pénètrent les nouveaux contextes culturels, qui ont écrit et donné à connaître leurs travaux. Pour rétablir cette autre lecture des périodes, il faut que les études scientifiques fassent également émerger de nouvelles critiques.
Ainsi, nous proposons de collecter – et de connecter – ces traces dans le but de construire un autre récit de la genèse de quelques courants littéraires et artistiques européens et (latino)américains du XXème siècle : il s’agirait d’une étude dynamique qui s’appuiera, pour commencer, sur le cas particulier de quatre figures de l’exil « hispanique » du vingtième siècle dont elle propose de suivre le parcours depuis l’Espagne vers le Nord de l’Europe (Paris notamment), à travers l’Atlantique, jusqu’au Cône Sud (Uruguay/Argentine) puis dans un mouvement retour vers l’Europe :

  • la première période étudiée concernera les années 1915 à 1930, période de développement des mobilités internationales en raison des progrès réalisés par les transports ferrés et maritimes comme l’a montré B.Joyeux-Prunel5 et, pour le cas espagnol, en raison de l’exil induit par la dictature de Primo de Rivera (1923)6. Il s’agira d’observer la circulation du courant avant-gardiste dans une approche transnationale du mouvement qui s’internationalise avec la circulation des personnes7 . On interrogera ici le cas particulier du très discret Jaime Sabartés, le secrétaire particulier de Pablo Picasso, dont le rôle a été plus important qu’on ne l’imagine dans la circulation de la renommée picasssienne comme l’ont montré les premiers travaux de Margarita Casacuberta Rocarols et Fatiha Idmhand.8 L’idée est de comprendre le rôle des réseaux intellectuels hispaniques dans a propagation ;
  • le même Jaime Sabartés nous permettra d’étudier la connexion de ce mouvement avec l’espace latino-américain dans les années 1930-1940, lorsque celui-ci s’installe au Guatemala et à Montevideo : ici, c’est de nouveau la figure de José Mora Guarnido qui nous intéressera, ainsi que celle de Federico García Lorca et leur connexions
  • avec les principaux éditeurs exilés en Argentine ;enfin, les dictatures sud-américaines nous permettront de poursuivre l’étude de cette circulation et son mouvement retour, vers les années 1970, en Europe. L’exemple de l’exil intellectuel de Fernando Aínsa par exemple. Son rôle d’éditeur scientifique au sein de l’Unesco dans les années 80 sera examiné à l’aune de ses archives.

L’originalité de la proposition réside dans le corpus suggéré pour l’étude : il est souvent inédit, et par le point de vue adopté. En effet, l’avènement des grands courants culturels est souvent examiné à l’aune de quelques figures considérées comme exemplaires, célèbres, sur la base de critères qu’il conviendrait de questionner. L’émergence de leurs oeuvres et des courants auxquels elles ont donné naissance est, le plus souvent, le résultat de l’action menée, dans l’ombre, par des figures et personnalités qui ont gravité dans les cercles prestigieux de ces « étoiles », qui les ont accompagnées et ont largement contribué, à la construction de leurs parcours. Qui étaient-elles ? Pourquoi leurs oeuvres sont-elles moins connues ? Nous voulons chercher des éléments de réponses à travers des études de cas.
Comme indiqué précédemment, les études sur la circulation des idées tendent à « personnifier » l’introduction d’un mouvement à travers les noms de quelques personnalités en se fondant sur le nom d’une seule personne (écrivain, artiste) généralement considérée comme « chef de file » du mouvement, ou sur un groupe très restreint de personnes rassemblées autour de l’écriture d’un texte ou d’un manifeste ; pourtant, les numérisations et mises en ligne de documents actuellement réalisées dans le monde font progressivement émerger de nouvelles voix, grâce à de nouveaux corpus. CHispa a contribué à nourrir cet état de l’art en dévoilant les archives de José Mora Guarnido et de Carlos Denis Molina par exemple ; mal connues jusqu’alors, les archives de ces intellectuels remettent en perspective les façons dont l’essor et à la diffusion des courants littéraires et artistiques ont été mis en oeuvre avec l’apparition d’autres noms et d’un véritable réseau intellectuel. S’il est vrai que des « regroupements », sous forme de « générations » ou de « mouvements », sont souvent réalisés à posteriori, nous constatons que jusqu’à présent, ces travaux ont été réalisés « à la main », de façon encore trop restrictive ; notre projet veut étudier les moyens techniques et théoriques d’approches automatisées susceptibles d’être développées en vue de répondre à cette question ? Nous nous demanderons également comment exploiter les sources actuellement mises à la disposition de la recherche de façon automatisée en vue d’une relecture de cette histoire des idées ? Comment réaliser de telles recherches assistées par ordinateur ?
L’étude, qui proposée portera essentiellement sur des corpus des XXème et XXIème siècles, veut à la fois continuer à numériser et mettre en ligne de nouveaux corpus et sources dans le but de documenter la recherche internationale mais également nourrir les projets émergents sur les moyens d’approches dites de « data mining ». Il s’agit de concourir aux progrès de ces recherches dans le domaine des « Humanités Numériques ». Pour cela, notre participation au sein de CAHIER, et en collaboration avec d’autres projets, tentera de proposer la construction collective d’une méthode de fouilles de données pour ces études littéraires, avec une intégration de l’approche génétique.

Fonds concernés : Archives et manuscrits de langue espagnole, française, anglaise, portugaise :

  • documents papier : leur « conversion numérique » des documents sera réalisée
  • documents  « nativement  numérique »  stockés  sur  clés  USB,  disques  durs externes, autres.) : leur traitement informatique constituera l’un des axes de recherches

Lieux de conservation des fonds : le projet de recherche veut exploiter la dispersion des fonds dans différents pays de l’Europe et des Amériques pour étudier la question de la circulation des idées. Certains fonds sont déjà localisés et hébergés à Poitiers, Barcelone et Grenade

Contexte scientifique et institutionnel : Ce projet fait suite à une proposition théorique pilote qui a été conceptualisée et testée par le projet ANR-CHispa (2014-2017). La publication d’un ouvrage collectif sur le sujet est déjà en cours de préparation (2018). Cette proposition vise à engager les travaux « informatiques » et numériques.

Formats et standards utilisés : tous les formats ouverts seront privilégiés, de même que les formats normalisés. Seront notamment utilisés :

  • Pour les documents et textes brut ASCII (.txt) et pour les textes formatés : TeX (.tex), AbiWord (.abw), OpenDocument Text (.odt), Hypertext Markup Language (.htm ou .html),XHTML (.xhtml), XML-TEI et le CSS pour les feuilles de style (.css)
  • Pour les tableurs : OpenDocument Spreadsheet (.ods) et csv
  • Pour les documents imprimables : Document PDF (.pdf) et le EPUB pour les livres numériques (.epub)
  • Pour les données brutes le CSV (.csv) sans extension, le JSON (.json) et le XML (.xml)et pour les données sémantiques, le RDF (.rdf)
  • Pour les images simples, les formats PNG (.png) et GIF seront favorisés et pour les fichiers graphiques, on utilisera OpenDocument Drawing (.odg) ou SVG (.svg).
  • Pour les fichiers multimedia vidéo, on privilegiera Theora (.ogg .ogv), Dirac ou VP8, pour les fichiers audio, ce sera le MP3 (.mp3).

En vue de l’archivage à long terme, les fichiers seront compressés en Tar, lzip, gzip, bzip2, 7z ou Zip.

Accessibilité : Toutes  les  données  seront  rendues  immédiatement  publiques  à  des  fins  de recherches scientifiques.
Un court embargo pourra être respecté si certaines données concernent les projets des doctorants et nécessitent un temps de confidentialité
Toutes les données seront signalées de façon à être moissonnées
Comme dans le cadre de CHispa : les données ont été étudiées en amont et les ayants-droits ont été consultés et ont autorisé la diffusion des corpus à des fins de recherches scientifiques.

Volumétrie des ressources qui seront disponibles en ligne (estimation au 13 décembre 2017) :

Au moins 1000 documents soit +/- 6000 pages numérisées et +/- 30 000 images
Selon les possibilités d’océrisation : au moins 500 documents soit +/- 3000 pages
On estime à également 3000 pages les fichiers « nativement numériques » qui seront disponibles en mode texte.
Plusieurs bases de données pourront être prévues : ce qui comptera pour nous, c’est la préparation  rigoureuse  des  données  brutes  de  façon  à  faciliter  toutes  les  formes d’extraction, d’exploitation et de visualisation possibles.

Fonds disponibles en ligne (au 22 septembre 2017) :

Les trois fonds suivants sont déjà disponibles. Le projet CHispa les a mis en ligne et signalé sur WebOai de façon à ce qu’ils soient moissonnés par ISIDORE.

  • Fonds José Mora Guarnido – Manuscrits numérisés, correspondances, textes, enregistrements, dessins, presse, etc. – http://guarnido.nakalona.fr/
  • Fonds Carlos Denis Molina – Manuscrits numérisés, correspondances, textes, enregistrements, dessins, presse, etc. – http://molina.nakalona.fr/
  • Manuscrits de prison de Carlos Liscano – Manuscrits numérisés, correspondances, textes, enregistrements, dessins, presse, etc. – http://liscano.nakalona.fr/

Retour à la liste