Écritures savantes au siècle des Lumières. La correspondance et les carnets de visiteurs de Jean-François Séguier

Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale-Méditerranée (Telemme)
(UMR 7303), Aix-Marseille Université/CNRS
Site : https://www.seguier.org/
Responsables : Emmanuelle Chapron, Eric Carroll

Présentation du projet

Placé sous la double tutelle de l’UMR 7303 Telemme (CNRS/Aix-Marseille Université) et de l’Institut européen Séguier (association loi 1901), le Comité international Séguier se propose de reconstituer le monde de l’érudit nîmois Jean-François Séguier (1703-1784) en éditant sa correspondance (3 à 4000 lettres) et en produisant un répertoire biographique des 1400 visiteurs de son cabinet d’antiquités et d’histoire naturelle. Au-delà de l’éclairage que cette figure d’érudit méridional peut apporter à la compréhension des formes de la vie savante au large des capitales culturelles, une telle entreprise s’inscrit dans les réflexions actuelles sur ces deux modalités complémentaires de faire connaissance et de s’entretenir que sont, à l’époque moderne, la correspondance et le voyage.
La correspondance de Jean-François Séguier se divise en deux ensembles : les lettres conservées à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes (environ 2700 lettres), et celles qui sont dispersées hors de Nîmes. Des lettres ont pour le moment été repérées dans neuf pays (Allemagne, Autriche, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Russie), dans plus d’une cinquantaine d’établissements. Au total, on estime à 3500 lettres le volume de la correspondance passive et active de Séguier. S’y ajoutent les papiers de travail de l’érudit, conservés à Nîmes et secondairement à la BnF : carnets de travail et de voyage, répertoires des visiteurs, notes de lecture, croquis, inventaires et catalogues autographes des collections.
Le projet se développe en deux pans. Le premier, mis en œuvre depuis 2010, consiste dans la transcription intégrale de la correspondance active et passive du savant. Une interface de saisie et de consultation a été élaborée par Eric Carroll à partir de 2010. Les lettres ont ensuite été transcrites par une équipe de chercheurs, enseignants, post-doctorants, doctorants et étudiants de master, ainsi que par des bénévoles encadrés par les chercheurs, puis indexées et saisies sur le site www.seguier.org. Un blog scientifique permet de suivre l’enrichissement du site. Un millier de lettres sont actuellement consultables sur le site. La période 2016-2020 sera consacrée à la poursuite et à l’achèvement de l’édition des lettres. La multiplicité des interventions ponctuelles et bénévoles est supervisée par les responsables scientifiques du site, E. Chapron et F. Pugnière. L’évolution des moyens technologiques est assurée par E. Carroll : ainsi, le formulaire de recherche accessible en ligne présente des fonctionnalités nettement inférieures à celles de l’intranet (qui inclut l’indexation des personnes, thèmes et ouvrages cités) et devra être repris (voir : expérience d’externalisation).
Le second pan du projet consistera dans la numérisation et l’étude des papiers de travail du savant. Le carnet de visiteurs et les récits de voyage ont fait l’objet d’une édition papier et les modalités de leur exploitation numérique sont à l’étude.

Fonds concernés : environ 2700 lettres conservées à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes (environ 2700 lettres) plus les lettres repérées dans neuf pays (Allemagne, Autriche, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Russie), les papiers de travail conservés à Nîmes et secondairement à la BnF.

Contexte scientifique et institutionnel : Le projet d’édition et d’étude des archives savantes de Séguier est une initiative conjointe du laboratoire Telemme et de l’Institut européen Séguier (association nîmoise fondée en 2005), au sein duquel sont développés d’autres projets relatifs à Jean-François Séguier.

Formats et standards utilisés : Base de données relationnelle de 22 tables sous SQL Server. Site web et intranet de saisie développés en dot Net, IIS.

Accessibilité : Des conventions ont été signées (ou sont en cours de signature) par le laboratoire Telemme avec les villes de Nîmes, d’Arles et d’Avignon, ainsi qu’avec l’Observatoire de Paris, pour l’exploitation des images détenues par les établissements. Le laboratoire Telemme a fait numériser les lettres conservées dans les autres établissements, et obtenu le droit de mettre les images en ligne.

Volumétrie des ressources qui seront disponibles en ligne (estimation au 16 mai 2016) : À terme, 3500 lettres seront consultables sur le site www.seguier.org, en mode texte et en mode image.

Fonds disponibles en ligne (au 16 mai 2016) : Environ 1000 lettres éditées disponibles sur le site www.seguier.org. La liste des fonds disponibles est régulièrement mise à jour sur le carnet Hypothèses dédié (www.seguier.hypotheses.org)

Retour à la liste