Écritures savantes au siècle des Lumières. La correspondance et les carnets de visiteurs de Jean-François Séguier

Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale-Méditerranée (Telemme)
(UMR 7303), Aix-Marseille Université/CNRS
Site : https://www.seguier.org/
Responsables : Emmanuelle Chapron, Eric Carroll

Présentation du projet

Inscrit dans les activités de l’UMR 7303 Telemme (CNRS/Aix-Marseille Université), le projet a pour objectif principal d’éditer la correspondance de Jean-François Séguier (1703-1784). Les relations épistolaires entretenues par l’antiquaire et botaniste nîmois avec de très nombreux savants européens, ainsi qu’avec tout un milieu d’amateurs méridionaux, ouvrent de nombreuses perspectives de recherche. Elles permettent d’interroger les formes du travail intellectuel à distance, la circulation des plantes, des graines et des livres, les cultures épistolaires (choix de la langue, civilités de l’entrée en correspondance), l’acculturation de différents milieux sociaux aux pratiques scientifiques (herborisation, collection, description des spécimens, manipulation des références bibliographiques…). Ces perspectives ont été illustrées par un colloque international (Emmanuelle Chapron, François Pugnière (éd.), Ecriture épistolaire et production des savoirs au XVIIIe siècle. Les réseaux de Jean-François Séguier, Paris, Classiques Garnier, 2019).

La correspondance de Séguier est bien conservée. Classiquement, la correspondance passive (2888 lettres) est quantitativement plus importante que la correspondance active (822 lettres). La plus grande partie des lettres est conservée à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes (environ 2700 lettres). Le reste est dispersé dans plus d’une cinquantaine d’établissements situés dans neuf pays (Allemagne, Autriche, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Russie).

La transcription de la correspondance est menée depuis 2010 par une équipe de chercheurs, masterants, doctorants et jeunes docteurs pilotée par Emmanuelle Chapron (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université) et François Pugnière (professeur agrégé, Nîmes). Elle est accessible sur un site internet construit par Eric Carroll (IE CNRS, Telemme). Près de 2200 lettres sont aujourd’hui consultables sur le site site www.seguier.org. Un blog scientifique permet de suivre l’enrichissement du site.

Dans un second temps, le site accueillera l’édition des papiers de travail du savant : carnets de travail et de voyage, répertoires des visiteurs, notes de lecture, croquis, inventaires et catalogues autographes des collections.

Fonds concernés : 3710 lettres aujourd’hui repérées, conservées à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes et dans une cinquantaine d’institutions de neuf pays (Allemagne, Autriche, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Russie) ; papiers de travail conservés à Nîmes et secondairement à la BnF.

Contexte scientifique et institutionnel : Le projet d’édition et d’étude des archives savantes de Séguier est une initiative conjointe du laboratoire Telemme et de l’Institut européen Séguier (association nîmoise fondée en 2005).

Formats et standards utilisés : Base de données relationnelle de 22 tables sous SQL Server. Site web et intranet de saisie développés en dot Net, IIS. La migration des données vers Nakala est en cours ; elle doit s’accompagner, dans le courant de l’année 2020, de la refonte du site internet.

Accessibilité : Les lettres sont accessibles en mode texte sur le site www.seguier.org, parfois accompagnées des images des lettres.

Volumétrie des ressources qui seront disponibles en ligne (estimation au 14 mars 2020) : À terme, environ 3800 lettres seront consultables sur le site www.seguier.org, en mode texte et en mode image, ainsi qu’une édition des papiers de travail du savant.

Fonds disponibles en ligne (estimation au 14 mars 2020) : Plus de 2100 lettres éditées sont disponibles sur www.seguier.org. La liste des fonds disponibles est régulièrement mise à jour sur le carnet Hypothèses dédié (www.seguier.hypotheses.org)

Retour à la liste